La navigation que ce soit pour un bateau à moteur ou pour un voilier demande une certaine préparation. Parmi les choses à faire régulièrement c’est d’abord l’entretien de la coque et de la quille qui doivent être une priorité avant de prendre la mer. Si vous débutez dans le milieu vous allez entendre parler d’antifouling , un terme qui peut faire peur au début surtout si l’on ne sait pas pas ou commencer. Pour ce faire nous allons tenter de décrypter les éléments essentiels pour la réussite de son antifouling. Traiter la coque de son bateau demande du temps et de la méthodologie. Il n’est pas question ici de bâcler le travail sous peine de voir les performances du bateau s’en trouver dégrader.

Mais c’est quoi un antifouling ?

Sous ce terme se cache une sorte de peinture qui va venir être appliqué sur ce que l’on appel les œuvres vive du bateau. Cette peinture vise à empêcher les algues et les crustacés de venir s’accrocher à la coque ce qui ralenti grandement la progression du bateau. Un antifouling est donc un produit de protection qui permettra au navire d’évoluer dans l’eau dans les meilleurs conditions.

Information et Lexique

  • Les oeuvres vive : ce sont les parties du bateau qui se trouvent dans l’eau on parlera de ligne de flottaison. on trouve donc une partie de la coque, de la quille et aussi le safran.
  • Les oeuvres morte : Ce sont les parties du bateau qui ne sont pas dans l’eau et qui vont servir à créer un volume pour les personnes. On ne traite pas à l’antifouling les œuvres morte.
  • Le safran : C’est une partie du gouvernail du bateau qui va servir à faire dévier le flux d’eau du bateau pour lui faire changer de direction.

Quand faire un antifouling sur son bateau ?

Si vous sentez que le navire évolue moins rapidement dans l’eau il se peut que la coque soit infesté d’algues et de petits crustacés. Il faut donc penser à faire un traitement sur les œuvres vive. Pour autant il est conseillé de pratiquer un antifouling tous les ans ou tous les deux ans selon votre région. Dans les mer chaude comme par exemple les caraïbes le traitement de la coque doit impérativement être fait souvent. En effet les rayons du soleil favorise la photosynthèse et donc l’apparition de vie sur votre coque.

Il faut savoir que nous parlons de la coque mais que l’hélice peut aussi demander un nettoyage important. Il n’est pas rare de la voir encombrer ce qui limite les performances du navire.

Le saviez vous : Un antifouling qui n’est pas fait régulièrement va augmenter la consommation de gazoil du bateau. Outre les performances qui seront diminués c’est un coup excessif de carburant qui vous attend.

Idéalement il faut prendre le temps de faire son bateau en début de saison pour qu’il soit disponible à la navigation en été. C’est donc au printemps que l’on préférera mettre les bouchées double sur la coque de son bateau.

Quel antifouling choisir et comment bien l’appliquer ?

Réussir une bonne protection de ses œuvres vivre c’est choisir l’antifouling qui correspondra le mieux à vos besoins et aussi a la situation géographique du bateau. En effet il faut prendre en compte la teneur en sel, la température de l’eau et l’ensoleillement qui auront un impact sur la qualité et la durabilité de l’antifouling. Mais pas de panique vous avez trois choix possibles que nous allons détailler ici :

L’antifouling érodable : C’est un excellent chois si l’on souhaite le meilleur pour sa coque de bateau. Ce type d’antifouling contient ce que l’on appel des biocides qui vont se désagréger dans l’eau au fil du temps de vos navigations. Cela permet donc de renouveler la couche protectrice et ainsi d’éviter d’un voir les saletés se maintenir sur la coque. A noter que ce type d’antifouling se nettoie facilement au jet haute pression ce qui permet de garder assez longtemps les éléments actifs sur son bateau. Notre conseil lors de l’application d’un antifouling érodable il est préférable de mettre une bonne couche pour une durée de vie d’au moins 2 ans.

La matrice dur : C’est un produit qui ne se désagrège pas dans l’eau mais qui va avoir une fonction constante dans le temps. La matrice dur est un produit moins cher qui permet de procéder à une protection que l’on va devoir revoir au bout d’un an. A noter qu’il est conseillé d’utiliser un primaire avant de badigeonner sa coque avec une matrice dur. L’inconvénient de ce produit est qu’il demande un travail plus important lors du renouvellement. En effet il faut souvent gratter la couche pour ensuite venir repeindre avec la matrice dur.

L’antifouling sans biocide : C’est peut être l’avenir de la protection des bateaux avec des choses plus naturel mais aujourd’hui il est difficile de trouver des produits écologique dans ce domaine. La matrice dur reste donc un produit que l’on pourra ne pas voir se dégrader dans l’eau mais qu’il faudra recycler à terre.

Quel modèle d’antifouling conseiller ?

Alors sachez que vous avez le choix de la couleur de l’antifouling. Si votre voilure est dans les bleu il est conseillé de garder une cohérence graphique. Quoi qu’il en soit vous avez le choix des teintes pour donner une nouvelle jeunesse à votre bateau.Un produit tendance reste l’international Ultra 300 qui existe dans un grand nombre de teinte.

International Ultra 300 Antifouling antisalissure 750 ml / 2,5 L plusieurs couleur (2,5 l, Bleu marine)
  • Un antifouling version 2018 conforme avec les directives valables depuis 2017. Disponible en plusieurs couleurs et contenances. Idéal pour les bateaux à moteur rapide.
  • Un antisalissure dur très efficaces adapté pour utilisations professionnelles et privées sur les bateaux sur les eaux salées et douces. La surface résistante à l’abrasion offre une protection jusqu’à un an.
  • Cet antisalissure offre une protection optimale contre les microorganismes tels que algues, mucus grâce et une émission optimale de biocide.
  • Convient pour le polissage, pour avoir une surface lisse qui assure un faible frottement sur l’eau. Cet antifouling peut être nettoyé au besoin.
  • Un Produit de haute qualité pour assurer la protection de votre bateau à longue durée.

Comment bien appliquer son antifouling ?

Avant de se lancer dans l’application de ce produit il faut déjà connaitre approximativement la quantité nécessaire pour son bateau. Il important de disposer d’une quantité suffisante car le manque de produit va forcément vous obliger à délaisser des parties et l’excès de produit risque de vous faire dépenser de l’argent inutilement surtout que l’antifouling se garde finalement assez mal une fois ouvert. Voici un tableau qui peut aider lors de l’achat de sa quantité de produit

Type de bateau 7 M 10 M 12 M 14 M
Voilier 3 litres 6 litres 8 litres 11 litres
Bateau à moteur 4 litres 8 litres 11 litres 15 litres

Ces éléments sont à titre indicatif et dépende beaucoup de la marque du bateau et de sa conception. Il convient de calculer soi même la surface à traiter avant de commander son antifouling.

La préparation du bateau

Une fois votre navire sortie de l’eau et placé sur ses patins vous devez commencer par inspecter la coque. Les joins de quille et aussi les passes coques. Ensuite commencé par passer un coup de jet haute pression pour nettoyer la coque de façon superficiel.

Bon à savoir :

Le traitement de la coque est à la fois dangereux et toxique. Vous allez être amené à avoir des projections et des poussières que l’on peut respirer. Il convient donc de s’équiper de gants, d’un masque et aussi d’une combinaison protectrice. Enfin les enfants n’ont pas leur place sur ce type de chantier. Un bateau posé sur ses patins reste quelques choses de dangereux qui peut basculer à cause d’un coup de vent.

Les étapes du traitement de la coque :

  1. Nettoyage au jet d’eau haute pression
  2. Inspection rapide et visuel
  3. Disposition du scotch de protection sur la limite de la ligne de flottaison
  4. Grattage de l’ancien antifouling avec un outil adapté. (Nous vous conseillons d’utiliser un grattoir à lame)
  5. Ponçage de la coque avec une ponceuse excentrique ( choisir un grain fin pour ne pas attaquer votre gelcoat)
  6. Séchage de la coque. Attendre quelques jours pour s’assurer que celle ci ne rend pas de l’eau. On parle d’osmose parfois.
  7. Traitement de la coque avec un primaire .  ( voici le primaire de chez international) . Essayer de mettre plusieurs couches.
  8. Laissez sécher pour une bonne prise de votre primaire
  9. Appliquer l’antifouling (2 couches minimum)
Attention le ponçage de l’antifouling est très toxique, il convient de ne pas respirer les poussières que vous allez générer. Pour cela il convient de s’acheter un masque très performant. Un conseil placer aussi une bache au sol pour récupérer les particules afin qu’elles ne partent pas dans la nature. Vous trouverez des bacs spécifiques dans les marinas pour la récupération des produits chimiques.

Les questions récurrentes sur le traitement antifouling

Y a t il un sens dans l'application de l'antifouling ?

Certains vous dirons que oui et d’autres non. Le principal c’est qu’il soit posé de façon homogène et sans trace. Un antifouling bien appliqué est la garantie d’une meilleure performance du bateau.

Faut il traiter le safran ?

Oui c’est préférable de traiter les oeuvres vive dont le safran fait partie.

Faut il utiliser un rouleau spécifique pour l'application ?

Oui il est déconseillé d’utiliser les rouleaux premier prix qui vont laisser des peluches s’incruster dans la peinture. Les modèles microfibre sont particulièrement efficace

Peux t on remettre le bateau à l'eau une fois l'antifouling terminé ?

Oui cela ne pose pas de problème. Seul le primaire doit être bien sec avant d’applique l’antifouling.

Quel antifouling érodable choisir ?

Il existe un grand nombre de marque. voici un produit performant et pas trop cher.

SOLOPLAST F51045 Antifouling erodable bleu fonce
  • Antifouling pour tous supports sauf aluminium
  • Application au pinceau, pistolet ou rouleau
  • Mise à l'eau possible au bout de 5h